Sports

CHAN Cameroun 2020: Mascotte dévoilée ! Quelles retombées économiques ?

Ça y’est ! Cette fois c’est parti …

Du virtuel au réel, la mascotte définitive a été dévoilée. TARA portera désormais avec fierté son dossard « 237 » pour permettre à l’événement sportif qu’abritera sa terre natale dans quelques semaines, d’avoir une coloration particulière. 

 Tara est donc ce symbole attrayant pour cette fois, qui permettra de rapprocher davantage les fans à l’événement. Après avoir investi énormément en terme de milliards pour la construction des infrastructures et la préparation, vient toujours le moment de penser aux retombées des dites compétitions. Si cela n’est pas fait au préalable, alors il faut croire tout de suite que l’événement organisé sur le plan économique sera un échec cuisant.

Le sport et le football ne charrient  pas seulement beaucoup de passion et d’émotions. Mais aussi beaucoup de revenus. Pour cette raison, la mascotte qui devient la marque ombrelle de l’événement doit être non seulement un symbole puissant de visibilité, mais aussi le premier symbole économique et de rentabilité à travers des produits dérivés donc les canaux et les mécanismes de production et de distribution devraient respecter les normes nationales et internationales. Le pays devenant une destination incontournable avant et pendant l’événement, ces détails oh combien importants devrait être pris en compte.

Pour y parvenir, réussir à brasser des revenus substantiels avant, pendant et à l’issue de la compétition, il faut indubitablement associer des structures expertes dans des questions marketing événementiel et sportif. Autrement dit on risquerait bien d’assister au même spectacle qu’en 2016 où aucun bilan financier officiel sur les retombées économiques de la CAN n’a été publié.

 Peut-être  la contrefaçon dictera-t-elle de nouveau sa loi ? En utilisant illégalement #Tara devant une pléiade de fonctionnaires qui n’y comprennent pas grand-chose sur la question.

Que anticipation soit faite et leçons tirées, pour  que la récupération d’une petite partie des milliards injectés puisse être amorcée.

 

 

 Par Eric Moïse Nkouandou

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *