Health

Normes et Valeurs : Staff et Volontaires de la Camnafaw s’approprient des Politiques de l’IPPF

Réunis à Kribi, région du Sud durant trois jours, les volontaires, prestataires et le personnel de la Camnafaw ont été capacités sur la clarification des valeurs et la transformation des attitudes et les politiques de l’IPPF.

 

 

Au moment où la Cameroon national association for family welfare (Camnafaw) amorce une nouvelle année pleine de défis et de challenges avec un nouvel exécutif, de nouveaux volontaires et de nouvelles recrues, l’administration a pensé qu’il était de bon ton de renforcer les capacités de son staff et de ses volontaires. Pour ce, la Camnafaw a organisé du 10 au 12 mars 2021, dans la ville balnéaire de Kribi, département de l’Océan région du Sud, un atelier sur la clarification des valeurs et la transformation des attitudes.

Dans les échanges conduits par le Dr Bayi Franklin, Coordonnateur du projet WISH à la Camnafaw, de nombreuses thématiques ont été abordées. La présentation de la Camnafaw, le projet WISH qui a initié cet atelier, les accords internationaux et la législation camerounaise sur l’avortement, les grossesses non désirées, les méthodes contraceptives, la clarification des valeurs et la transformation des attitudes, le code de conduite de la Camnafaw, le respect au travail,  la protection des enfants et adultes vulnérables, le signalement des problèmes, la confidentialité et le partage de l’information et les principes de l’emploi entre autres étaient les présentations qui ont meublé ces trois jours d’atelier.

Cet atelier qui se décrit comme un socle afin de favoriser davantage un environnement serein et un cadre de travail propice au sein de la Camnafaw, a permis aux différents participants de s’exprimer sur des situations auxquelles ils font face au quotidien. C’était l’occasion choisie pour souligner quelques difficultés sur le terrain et de relever quelques manquements au niveau des soins de santé. Il en découle que la Camnafaw, ONG spécialisée en santé de reproduction au Cameroun se positionne davantage dans la qualité de ses services afin d’accompagner le gouvernement dans sa politique sanitaire.

Selon le Dr Bayi Franklin, cet atelier a permis d’outiller de la plus belle des manières, les volontaires et le staff de la Camnafaw.

Il dit : « Après cette session de trois jours que l’esprit des différents participants surtout les prestataires de santé ainsi que les membres des différents bureaux exécutifs régionaux est désormais un plus ouvert sur les questions portant sur la contraception et celles portant sur la sauvegarde. Ce qui était encore des notions bien abstraites notamment la sauvegarde. La Camnafaw tout comme sa fédération mère, l’IPPF a, à cœur d’implémenter des politiques qui permettent une responsabilité individuelle de chacun des staffs tout comme chacun de ses volontaires afin que désormais rayonne encore plus haut au firmament et de la plus belle des façons l’image la Camnafaw, arrimée aux standards internationaux. »

Les participants venus des différentes régions notamment les exécutifs de la Camnafaw qui ont pris part à ces travaux, ont par leur présence enrichie les échanges. Ils ont chacun souligné des cas pratiques et les réalités de leur environnement.

La présidente du bureau exécutif régional du Nord a apprécié la qualité des échanges.

Madame Haoua a indiqué le cœur de cible de la Camnafaw qui doit être toujours mis en avant dans toute politique de santé en interne.

 «Vous savez les personnes vulnérables sont au centre de notre préoccupation notamment les femmes et enfants pour qui nous mettons un accent sans toutefois oublier les hommes qui sont inclus dans nos programmes de santé. Il est important de donner aux personnes vulnérables des soins de santé de qualité, nous sommes là pour les défendre au niveau de leurs droits et leur permettre de faire des choix libre sur leur planification familiale. » Dit-elle.

Quant au Professeur Mpoche Kizitus, président du bureau exécutif régional dans le littoral, le fait d’avoir évoqué ouvertement avec les prestataires de santé, des sujets sensibles dont la Camnafaw traite sont à saluer.

Il  souligne : « Beaucoup de choses m’ont marqué durant cet atelier. L’une de ces choses c’est le principe de la confidentialité dans le cadre du travail des prestataires de la Camnafaw. Vous voyez, nous avons de plus en plus beaucoup de personnes qui s’intéressent à nos cliniques qui sont d’ailleurs basées dans des quartiers des personnes vulnérables. Et ces personnes qui viennent pour des services ont très souvent plusieurs maladies. Et vous savez qu’un malade parfois préfère mourir à la maison que d’aller s’exposer et faire savoir qu’il souffre d’une quelconque maladie parce qu’il y’a la stigmatisation. Donc ce point de confidentialité qui est très sensible doit être mis en exergue tout comme celui sur les cas de soins après avortement qui sont souvent mal perçus par la population. Et en tant qu’exécutif, dès notre retour dans la région du littoral, nous allons disséminer ces informations et notions acquises pendant nos réunions statutaires et ensuite faire remonter ces éléments à l’exécutif national qui est présidé par l’Honorable Gaston Komba. »

Cependant le plaidoyer de plusieurs volontaires reste au niveau de l’extension des services de la Camnafaw.

 « Je pense que beaucoup de choses ont été dites durant les échanges mais notre plaidoyer au niveau du Nord reste encore que nous ayons une clinique Camnafaw. Nous avons fait beaucoup de recrutements de qualité. Nous avons des délégués de santé retraités, nous avons des médecins généralistes, gynécologues et sages-femmes prêts à offrir leurs services aux populations. La mise en place d’une clinique Camnafaw dans la région du Nord et particulièrement à Garoua est une préoccupation majeure. Surtout que l’antenne du Nord couvre les régions de l’Adamaoua et de l’Extrême-Nord. Vous voyez un peu combien est large notre champs d’action et combien il est donc nécessaire de donner des soins de qualité à ces personnes vulnérables. »Dixit Madame Haoua, présidente du bureau Nord.

La voix du Sud a été portée par Nadine Carole Manga, trésorière régionale. Cette dernière dans une interview nous a accordé que si l’on se dit volontaire, personnel rémunéré ou partenaire de la Camnafaw,  l’on est appelé à adhérer à ses politiques et à sa vision.

Elle dit : « Garantir la non-discrimination, la non-stigmatisation, l’inclusion, l’égalité de sexe et promouvoir en général les missions et la vision de la Camnafaw sont d’une nécessité. Etant nouvel volontaire et faisant parti de l’exécutif du bureau Sud, je me réjouis de cette rencontre qui m’a permis d’apprendre davantage. »

Attachée à ses valeurs, son code de conduite, ses principes en matière d’emploi et à la promotion d’une culture et d’un environnement de travail positif, libre de toute forme de comportement inapproprié, dont les brimades et le harcèlement y compris  le harcèlement sexuel. La Camnafaw est engagée à agir avec intégrité et à utiliser les talents de toutes et tous. Elle croit que chacun a le droit de travailler dans un environnement professionnel et positif, qui encourage les relations harmonieuses et dans lequel l’équité, la dignité et le respect d’autrui sont au cœur de toutes les activités. La Camnafaw ne tolère aucune forme de brimade ou de harcèlement de la part de ses volontaires, administrateurs ou membres du personnel. Toute violation des politiques est traitée par des mesures disciplinaires.

 

 

 

 

 

 

Elise Kenimbeni

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *