Health

Santé Communautaire : La Campagne Dénommée le Mouvement Continue est sur les Rails

Yaoundé a abrité le jeudi 12 Novembre 2020, une conférence de presse en vue du financement additionnel essentiel pour protéger et maintenir les progrès de lutte contre le VIH/Sida, le paludisme et la tuberculose en contexte de covid-19 au Cameroun.

 

C’est à l’initiative de la plateforme mondiale des organisations de la société civile pour l’élimination du paludisme (CS4ME) et le « Global Fund Advocates Network » que cette conférence de presse de sensibilisation et d’engagement a été organisée à Yaoundé, capitale camerounaise. Ceci dans le cadre de la campagne de mobilisation, de sensibilisation et d’engagement populaire dénommée « unis pour lutter contre le paludisme, la tuberculose, le VIH/Sida et la covid-19 : le mouvement continue ».

L’objectif principal en ce qui concerne la mobilisation des ressources financières additionnelles est ; d’atténuer l’impact de la Covid-19 sur la santé des populations, le politique et l’économie nationale.

Selon les organisations qui portent cette initiative, il est question de mobiliser et d’engager les décideurs, leaders et influenceurs locaux dans le plaidoyer pour la réduction de l’effet de la Covid-19 sur le VIH, le paludisme et la tuberculose à travers un financement supplémentaire essentiel pour cette lutte.

C’est dans cette optique que Cabral Libii et Germain Mengue Mezui, deux députés à l’assemblée nationale et Moustik le charismatique, un artiste humoriste bien connu de la scène, ont pris part à cet échange avec les hommes de médias.

Honorable Cabral Libii Li Ngue qui s’est engagé à apporter son soutien dans cette campagne a exprimé sa satisfaction bien qu’il a émis sa crainte sur le fait que la pandémie de Covid-19 qui ne cesse de sévir est un frein aux financements car la majorité des pays bailleurs de fonds sont atteint et doivent centrer le peu de ressources financières sur leurs populations.

Il dit : « Il urge que lors de la session parlementaire en cours nous réfléchissons sur la vigilance autour des cette question afin que nous puissions nous prendre en charge sous réserve que les choses redeviennent normales. La situation est particulièrement alarmante, c’est pour cela qu’avec d’autres collègues nous avons pris l’engagement de veiller dessus et d’interpeler les gouvernants pour qu’il n’y ait pas une baisse sur la prise en charge de cette maladie. »

Olivia Ngu, fondatrice d’Impact Afrique, l’une des organisations qui porte ce plaidoyer au Cameroun estime que la  sensibilisation et la communication doivent être accentuées afin d’informer les différents leaders de cette initiative qui vise à autonomiser les pays africains en terme de ressources pour la prise en charge de ces trois pandémies tueuses que sont : le paludisme, la tuberculose et le VIH/Sida.

«  C’est important qu’on ait des systèmes de santé fort, qui soient prêt à riposter non seulement contre les futures pandémies mais aussi contre les maladies les plus meurtrières qui tuent nos enfants, nos femmes, frères et sœurs chaque année depuis bien longtemps comme le paludisme qu’on ne doit pas du tout oublier en cette période. Le VIH/Sida qui continue à être présent tout comme la tuberculose qui continue de faire des ravages dans nos communautés. C’est essentiel pour les leaders camerounais, les parlementaires, les maires et ministres et bien d’autres de  veiller à ce qu’il y’ait une forte augmentation au cours de la session de Novembre dédiée au budget national alloué à la santé. Il est temps que nous les africains nous prenons notre en santé en mains et qu’on développe nos solutions pour faire face à ces maladies qui tuent les populations depuis des années.» Dixit Olivia Ngu.

Le plaidoyer est lancé à travers cette campagne, place à la mise en exécution des engagements des différents leaders.

 

 

 

 

 

 

 

 

Elise Kenimbeni

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *