Society

1ère Session ordinaire du Comité de pilotage du PDCVEP, les Travaux S’ouvre à Yaoundé

La toute première session du comité de pilotage du Projet de Développement des Chaînes de Valeur de l’Elevage et de la Pisciculture (PDCVEP) s’ouvre ce 17 mars à Yaoundé.

En sa qualité de président du comité de pilotage du PDCVEP, le ministre de l’élevage, des pêches et des industries animales, Dr Taïga va présider ce mercredi 17 mars 2021 à Yaoundé, les travaux de cette rencontre capitale.

Les travaux de Yaoundé permettront d’évaluer la phase d’implantation de ce projet financé par la Banque Africaine de Développement (BAD) à hauteur de 99,27 millions d’EUR soit 65 milliards de FCFA.

Le PDCVEP vise au cours des cinq prochaines années, l’accroissement compétitif et hygiénique des produits bovins, porcins et piscicoles et l’amélioration des revenus des acteurs ainsi que la création de nouveaux emplois dans les trois chaînes de valeur que sont la filière bovine, la filière porcine et la filière piscicole.

Ce projet a pour objectif sectoriel, de contribuer de manière inclusive à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et à la réduction de la pauvreté dans sa zone d’intervention jusqu’en Septembre 2025.

Cette initiative du gouvernement est fondée sur la nécessité de renforcer la productivité et la compétitivité desdites chaînes de valeurs en vue d’augmenter leur contribution dans le Produit  Intérieur Agricole Brut (PIBA).

Ledit projet est conçu en adéquation avec les cadres stratégiques nationaux, notamment le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE), remplacé par la Stratégie Nationale de Développement (SND), le Plan National d’Investissement Agricole (PNIA) et la stratégie décennale de la Banque Africaine de Développement (BAD) qui vise à réduire le chômage à travers une croissance plus inclusive et créatrice d’emplois et à augmenter les revenus des ménages.

Dans le cadre de ce projet spécifiquement, les cibles et bénéficiaires directs sont les éleveurs et leurs coopératives, les pisciculteurs, les producteurs, vendeurs d’intrants, les commerçants, les femmes mareyeuses et les transformateurs (trices). Ce projet s’adresse également aux structures de type coopératif ou mutualiste, aux PME et aux jeunes diplômés impliqués ou désirant se lancer dans ces filières d’élevage et disposant d’un plan d’affaires bancable.

 

 

 

TimesNews2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *